Colette Leclercq

Colette Leclercq

MILAREPA ET MOI (17)

MILAREPA ET MOI (17)

11 janvier 2011

Je suis avec Milarépa depuis un petit moment, nous travaillons sur la nécessité de la solitude, ou simplement de moments de solitude et de l’aliénation.

Il me dit :

« Si les ascètes se retirent du monde, c’est pour mieux trouver le lien entre eux et le divin. Cependant, s’ils ne reviennent pas vers leurs frères, ils n’ont fait qu’une retraite égoïste. La solitude est toujours relative car personne n’est seul en réalité : il y a la famille, les collègues, les amis, la boulangère, les peuples de lumières, les décédés, les animaux , tout cela vous entoure peu ou prou.

L’impression de solitude vient du fait de s’être éloigné de soi-même. Si vous êtes loin de votre centre, vous ne voyez plus sa lumière, par conséquent, vous perdez la reliance à la Source et vous vous croyez seul.

En revenant dans votre centre, vous vous reconnectez à la Source.

Vous vous éloignez de votre centre, hélas, facilement déjà simplement en vous aliénant à un autre, à des croyances limitantes, etc.

Sortir de l’aliénation est le premier pas vers l’indépendance.

Pour cela, il est juste de reconnaître que vous aviez besoin de cette aliénation pour telle et telle raison (impression de sécurité, peur du manque, besoin d’être touché pour exister, besoin d’adhérer à un groupe parce que la solitude met face à soi-même, par exemple). Une fois cette reconnaissance accomplie, vous pouvez laisser filer l’aliénation et les personnes et situations qui y sont reliées. Cela implique des changements dans vos relations extérieures, que vous pouvez garder si vous changez votre comportement et qu’elles l’acceptent ; et aussi des changements bien plus importants dans la relation à soi-même.

Quand je parle d’aliénation, il s’agit également d’aliénation à des pensées, des rituels, également du tabac, de la drogue, de l’alcool, de la nourriture, etc. Ils peuvent être aussi enfermants que certaines relations humaines, voire bien plus !

S’en libérer ouvre également les portes sur soi : avec un autre regard d’autres possibles peuvent se faire jour.

S’astreindre à la méditation d’une certaine manière tous les jours parce que quelqu’un vous a dit de le faire, mais qu’au fond, ce n’est pas votre truc, ou parce que votre compagne(on) le fait et que vous avez peur de le(a) perdre, n’est pas juste.

Il n’y a pas une seule voie, mais autant de voie que de personnes.

A chacun de trouver la sienne.

Les périodes de solitude sont là pour vous permettre de faire le point sur l’amour que vous vous portez, sur l’image de vous que vous vous êtes créée, sur vos envies, vos besoins, vos projections, etc. Elles permettent de tout relativiser et de tout réajuster. Parfois, il suffit d’une petite retraite de quelques heures, de quelques jours, parfois il faut des mois, cela dépend de chacun.

Des éléments qui semblaient essentiels deviennent tout à coup superflus, et d’autres que vous négligiez apparaissent essentiels ! Eh oui ! Vous pouvez vous leurrer tellement facilement au cours d’une vie ! Mais ce n’est pas grave, ne vous en voulez pas, n’oubliez pas que si vous êtes dans une situation, c’est que quelque part, vous en avez, aviez, besoin, le tout est de se donner les moyens d’en sortir et de s’en remercier ensuite ! N’oubliez jamais de vous remercier pour les pas que vous accomplissez.

Cette année, je vous invite à faire le tour de vos aliénations, en toute sincérité et dans l’amour de vous. Recentrez-vous pour vous découvrir, vous connaître dans la liberté d’être vous-même et osez les changements !



15/01/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 237 autres membres